Nettoyage plage _ 4

Journée mondiale de l’environnement à Sambava

Notre mère-nature semble avoir gâté Sambava à la naissance. Montagnes, plages, forêts tropicales et rivières abondantes dessinent tout autour de Sambava des paysages d’une beauté rare. Tandis que la ville connaît un plein essor économique porté par le commerce florissant de la vanille, elle manque de préserver sa nature fertile.
L’autre visage de Sambava déçoit les passants et exaspère ses habitants : une ville insalubre, où il n’existe point de gestion publique des déchets, où chacun improvise des déchèteries sauvages au bord de la route et sur la plage.
Fortement encouragée par la population locale, l’Alliance française de Sambava a décidé d’organiser une série d’évènements mémorables en l’honneur de la journée mondiale de l’environnement le 5 juin, en partenariat avec l’ensemble du réseau local d’associations environnementales.

 

Au-delà d’une simple journée, ce fut une véritable quinzaine de l’environnement :
Deux projections-débats furent organisés à l’Alliance, le 18 mai et le 1er juin, pour éveiller la conscience des jeunes. C’est alors qu’un jeune Sambavien s’est exclamé « la ville n’est pas une poubelle ! », provoquant un tonnerre d’applaudissements de ses camarades.
Un voyage fut offert à 14 jeunes de 8 écoles différentes -gagnants émérites des concours de la Francophonie. Ce voyage de trois jours, du 23 au 25 mai, au « trésor vert » de la région, le Parc national Marojejy, fut pour la plupart de ces jeunes leur première excursion au point touristique le plus populaire de leur région.
Et puis le jour J, le 5 juin, fut une grande festivité : Carnaval / défilé de costumes faits 100% à base de matériaux recyclables, ramassage de déchets sur la plage, pique-nique 0 déchet sur la plage (assiettes remplacées par des feuilles de banane, etc.), atelier jardinage à l’Alliance et distribution massive de plantes et de fleurs partout dans les espaces publics, accompagnées de messages de sensibilisation à l’environnement…
Autant de manifestions qui ont marqué les esprits. Au total, ce sont plus de 800 personnes qui y ont pris part. Rien qu’à voir les retombées sur les réseaux sociaux, l’objectif a été atteint : nous avons éveillé les consciences, individuelles et collectives, à l’enjeu millénaire du développement durable vert.
Charlène CAMILLE, directrice AF Sambava, Madagascar